Haïti-Matthew : Roche à Bateau : Des rescapés se relèvent sans l’aide de l’état ni des ONG.

Haïti-Matthew : Roche à Bateau : Des rescapés se relèvent sans l’aide de l’état ni des ONG.

A Roche à Bateau dans la péninsule sud, des rescapés se relèvent difficilement sans l’aide de l’Etat ni des ONG. Ils réhabilitent les toitures de leur

Haïti-Politique : Jovenel Moise fait encore des promesses
Résumé de l’actualité du vendredi 30 juin 2017
Haïti-Matthew : La présidence veut apporter une assistance aux victimes

A Roche à Bateau dans la péninsule sud, des rescapés se relèvent difficilement sans l’aide de l’Etat ni des ONG. Ils réhabilitent les toitures de leur maison sévèrement endommagées par les rafales de vents provoqués par l’ouragan Matthew.

Dans un élan de solidarité, voisins et voisines s’organisent en « Kombit » pour récupérer des décombres des vaisselles et des meubles. Certaines familles, malgré leur difficile situation, accueillent des proches qui n’ont pas les moyens de remettre sur pied leur demeure.
Reportage de notre envoyé spécial à Roche à Bateau Peterson CHERY

Roche à Bateau est méconnaissable. Si cette commune située sur la cote sud était réputée pour son charme pittoresque, le paysage s’est littéralement transformé en scène d’horreur après le passage de l’ouragan Matthew. Presque toutes les maisons sont détruites. *Jacquelin et son épouse contemplent péniblement ce qui reste de leur résidence, des ustensiles de cuisine, des meubles éparpillés devant leur maison dont la toiture en tôle est emportée par les vents violents.
Ne voulant pas s’apitoyer sur leur sort, ils ont décidé de réparer la toiture de l’une des 7 chambres de leur maison.

« Nous nous efforçons avec nos propres moyens de reconstruire nos maisons. Nous ne pouvons plus dormir à la belle étoile, attendant l’arrivée de l’aide des autorités qui tarde à toucher notre localité », a déclaré Jacquelin, père de 7 enfants.

D’autres rescapés de Roche à Bateau à l’instar de Jacquelin ont pu récupérer dans les boues des batteries de cuisine et des meubles. Ils essayent eux aussi de réhabiliter une partie de leur maison pour pouvoir se mettre à l’abri du soleil et des intempéries.

Durant notre périple à Roche à Bateau, nous avons rencontré Marcelin, un gamin de 7 ans, il aide sa mère à rassembler des morceaux de bois et tôles pour reconstruire leur abri. Faute de moyens, ces habitants utilisent des matériaux usagés pour remettre sur pied leurs bâtisses. En attendant la fin de ces travaux ils passent des nuits sur des chaises à la belle étoile.
« Je m’appelle Marcelin, j’ai 7 ans. Grace à Dieu je me suis échappé sain et sauf des vents violents de l’ouragan. J’habitais au bord de la mer. Je veux aider ma mère à reconstruire sa petite maison » dit-il.

A Roche à Bateau, Coteaux ou à Tiburon, nombreux sont les sinistrés qui ont déjà abandonné les centres d’hébergement, ils disent craindre d’être contaminés au choléra. Désormais, ils mettent le cap sur la reconstruction.

Ces nouveaux logis ne respectent aucune norme en matière de construction. Les sinistrés affirment tous qu’ils n’ont pas la possibilité de reconstruire leurs maisons convenablement. Ils fustigent le comportement des autorités gouvernementales qui disent-ils refusent de mettre en application le plan de relèvement post Matthew.« On vit très mal, les bâches nous protègent contre le soleil. Mais hélas elles ne peuvent servir à grand chose quand il pleut. C’est une véritable misère », murmure une habitante de Roche à Bateau.

« Nous sommes abandonnés à nous même. Jusqu’à présent aucune autorité n’est venue nous assister», dénonce un jeune homme.

L’accès à la rue Saint Michel dans la commune de Roche à Bateau reste encore très difficile plus de deux semaines après le passage de l’ouragan Matthew, par conséquent l’aide ne peut être acheminée normalement. Aucune maison n’a pu résister aux rafales de vents. Les destructions sont telles que la commune de Roche à Bateau pourra prendre des mois, voire des années, pour se relever.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
DISQUS: 0