Haïti-Politique : Le pays a un nouveau gouvernement

Le nouveau gouvernement dirigé par le premier ministre Jack Guy Lafontant a été investi dans ses fonction lors d’une cérémonie organisée au palais national le mardi 21 mars 2017.

La présidence salue le vote favorable de la chambre des députés à  l’énoncé de politique générale du premier ministre  Jack Guy Lafontant avec 95 députés pour, 6 contre et deux abstentions.

La présidence souhaite que le nouveau  gouvernement  se mette au travail  rapidement afin d’adresser les  différents problèmes auxquels fait face le pays  notamment dans le domaine de l’agriculture précise le porte-parole de la présidence.

Le président de la Fédération Protestante d’Haïti appelle le nouveau gouvernement à se mettre au travail rapidement afin de prouver  à  la nation sa capacité et son savoir faire.

Selon le pasteur Sylvain Exantus, le temps est venu pour l’administration de Jovenel Moise de poser des actions concrètes  au bénéfice de la population.

Le pasteur Sylvain Exantus dit regretter  que ce gouvernement ait vu le jour  dans un contexte difficile à un moment où le pays fait face à une crise économique aigue. Il appelle le nouveau gouvernement  à investir beaucoup plus dans l’agriculture.

Le coordonnateur du Conseil des Acteurs Non Etatiques Edouard Paultre  émet des doutes que le nouveau gouvernement va prendre des dispositions pour faciliter la croissance  économique du pays.

Edouard Paultre prévoit que cette administration ne sera pas différente de celle  de Michel Joseph Martelly. Le gouvernement de Jack Guy Lafontant selon lui n’aura pas la capacité de concrétiser les promesses de campagne du président  Jovenel Moise.

Par ailleurs, Edouard Paultre dit attendre l’élaboration du budget rectificatif afin de pouvoir évaluer les premières actions du gouvernement.

Le pays se trouve toujours dans l’impasse fait remarquer  pour sa part le directeur exécutif de la Plateforme de Plaidoyer pour un développement  Alternatif, Camille Charlmers en dépit de la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Les conditions ne sont toujours pas réunies  pour sortir le pays de l’impasse estime le professeur Camille Charlmers.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*