Radio IBO, 98.5 FM

Pa gen manti nan sa!

Résumé de l’actualité du jeudi 11 juillet 2019

La commission Justice, Sécurité et Défense Nationale du Sénat de la République s’est entretenue ce jeudi avec le Haut-Commandement de la Police Nationale autour de la résurgence des actes de criminalité  et de banditisme dans la région métropolitaine de Port-au-Prince ces derniers temps.

Le directeur général de la Police Nationale annonce des dispositions pour contrecarrer les actions des gangs armés dans la région métropolitaine de Port-au-Prince après l’attaque ayant couté la vie à plusieurs personnes au marché de la Croix des Bossales hier mercredi/Ces dispositions concrètes seront visibles dès demain vendredi assure Michel-Ange Gédéon qui évoque une nouvelle fois le manque de moyens matériels et financiers auquel se trouve confronté l’institution policière.

La police nationale  n’est toujours pas en mesure de communiquer le nombre exact de citoyens tués lors des incidents armés survenus au Centre Ville de Port-au-Prince mercredi 10 juillet/La direction départementale de l’Ouest de la PNH dit avoir constaté un cadavre selon l’inspecteur divisionnaire Garry Desrosiers  qui  dit ne  pas rejeter les informations relayées dans les medias faisant état de 4 morts et de plusieurs blessés pas balles.

116 individus ont été  arrêtés, 8 armes à feu  confisquées, 17 viols sur mineurs ont été recensés par la police nationale du 1er mai à date.Les individus arrêtés sont accusés de viols sur mineurs, tentatives d’assassinat, d’association de malfaiteurs, de détention illégale d’armes et d’homicides informe le porte-parole adjoint de la PNH, l’inspecteur divisionnaire Garry Desrosiers.

Le bois Kita Nago, symbolisant l’unité entre les haïtiens selon ses concepteurs, a été brulé dans la nuit de mercredi à jeudi par des individus armés non identifiés/Logé depuis 2013 à la Maison des Jeunes à Ouanaminthe, l’initiative Kita Nago a toujours été critiquée par des leaders religieux prétextant  le caractère soi-disant diabolique de Kita Nago déplore l’entrepreneur Harry Nicolas.

L’Union Nationale des Normaliens Haïtiens dit constater des irrégularités graves dans l’organisation des examens du baccalauréat cette année/Les fiches d’examens ne sont pas disponibles à temps, les superviseurs ne sont pas qualifiés, les textes d’examens contiennent beaucoup d’erreurs et n’ont pas de fonds selon le coordonateur général de l’UNOH, le professeur Josué Mérilien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *